Une nouvelle équipe, toujours emmenée par Christophe Fauvel a été élue le 21 novembre à la tête de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Dordogne pour une nouvelle mandature jusqu’en 2021. L’occasion pour Pierre Vulin, Directeur Général de la CCI Dordogne de faire le point sur les réalisations de ces 5 dernières années et les chantiers à venir.

REPERES : Pierre Vulin, la CCI a connu une dernière mandature mouvementée, notamment sur le plan financier, sans pour autant revoir ses ambitions à la baisse…
Pierre Vulin: Oui, nous avons dû faire face à des coupes sombres opérées dans notre budget. -37% de ressources fiscales, ce n’est pas rien, et malgré cela, la CCI Dordogne a su assumer ses missions et préparer l’avenir avec des chantiers d’importance qui commencent à voir le jour.
REPERES : Vous pensez notamment au Campus de la formation professionnelle et à l’Ecole de Savignac…
Pierre Vulin : La formation est une composante essentielle de la CCI Dordogne. Lorsque l’on a vocation comme nous, à assurer le développement économique du territoire, la formation des jeunes doit être une priorité. C’est pour cela que nous avons lancé, en partenariat notamment avec nos homologues de la Chambre de Métiers, ce grand Campus de la Formation Professionnelle, à Boulazac. Un projet de 24 millions d’euros et qui va se concrétiser dans les mois à venir, puisque les premiers travaux de rénovation des centres de formation débuteront en février 2017.
Et puis, nous nous engageons également sur l’Ecole Internationale de Savignac. Elle est un des symboles de l’excellence des formations gérées par la CCI Dordogne, et son campus avait besoin lui aussi d’une remise à niveau. Le principe a été acté lors de la dernière mandature, et là encore, les travaux devraient débuter rapidement, pour que l’Ecole bénéficie de locaux à la hauteur de sa réputation.
REPERES : L’offre de services aux entreprises a également évolué, avec un fort engagement vis-à-vis de la filière tourisme…
Pierre Vulin : Evidemment ! Dans notre département, le tourisme représente un poids économique considérable, près d’un quart du PIB ! Et l’inauguration de Lascaux IV au mois de décembre laisse à penser que le secteur va encore se développer. Le rôle de la CCI va donc être essentiel. Sous la houlette de nos élus, nous allons travailler en synergie avec l’ensemble des acteurs de la filière. L’objectif est d’analyser les besoins des professionnels du secteur, et de leur proposer une offre de services cohérente et efficiente. Je pense notamment au programme Thank You for Coming, qui va être lancé cette année. Des outils qui leur permettront d’accueillir au mieux leur nouvelle clientèle ; une clientèle souvent plus exigeante et plus connectée.
REPERES : Justement, le numérique fait également partie de vos priorités…
Pierre Vulin : Aujourd’hui, on ne peut plus faire l’impasse sur la transformation numérique. Le digital a profondément bouleversé le mode de fonctionnement de nos entreprises, et en Dordogne nous ne pouvons pas nous permettre de prendre du retard. Et nous travaillons déjà sur ce point. La CCI Dordogne lance une plateforme web, Performance Numérique, chargée de fédérer les acteurs de la filière, et de leur offrir une visibilité, à l’échelle du département, pour commencer. A terme, elle devrait leur permettre également de répondre collectivement à des appels d’offres régionaux ou nationaux et de développer ainsi leur business. C’est un objectif ambitieux, mais je suis convaincu qu’il va permettre un développement certain de la filière dans notre département.
REPERES : Assurer le développement économique des entreprises locales reste donc le cœur de métier de la CCI Dordogne.
Pierre Vulin : La CCI est l’un des rares établissements publics dédiés à l’économie et gérés directement par des chefs d’entreprises. Notre but, c’est bien entendu de favoriser la croissance des entreprises de Dordogne. C’est à ce titre là que nous gérons les grands équipements structurants du territoire. Je pense à l’Aéroport Bergerac Dordogne Périgord qui assure chaque année près de 153 millions d’euros de retombées économiques. C’est un outil indispensable pour un département comme le nôtre, et qui a fait preuve de son attractivité, puisqu’il signe un nouveau record de fréquentation en 2016 : la barre très symbolique des 300.000 passagers a été franchie.
Mais il y a un autre équipement qui va aussi être au cœur de nos attentions, c’est le Parc des Expositions du Périgord. La Foire exposition de Périgueux reste son événement majeur, et le premier événement commercial de Dordogne, mais les équipes du Parc assurent près d’une centaine de manifestations chaque année. Or, le Parc est aujourd’hui vieillissant. Nous allons nous pencher sur sa rénovation, et nous assurer qu’il reste un élément attractif pour toute la Dordogne : un carrefour d’affaire, essentiel pour l’activité économique.
REPERES : Cette notion d’attractivité territoriale va elle aussi prendre de l’importance.
Pierre Vulin : En effet, la Dordogne a de merveilleux atouts à faire valoir, et ils ne doivent pas se cantonner au « bien vivre » en Périgord. Nous devons aussi faire savoir qu’on y travaille bien ! Là encore, les élus de la CCI ont décidé d’une commission chargée d’animer nos différents réseaux et de structurer les filières d’activité du département pour les pousser à promouvoir leur territoire. Nous avons de véritables pépites en Périgord, des entreprises de très haute qualité. Il faut maintenant que leurs partenaires, leurs sous-traitants et tous ceux qui gravitent autour de ces sociétés comprennent que leur intérêt est de se rapprocher et de s’installer en Dordogne.

Print Friendly