Au delà du drame qui endeuille les familles et la nation toute entière, il est impossible d’évaluer précisément les conséquences économiques des attentats du 13 novembre. Les épreuves que nous avons endurées dans le passé nous donnent quelques éléments de réponse. En 1995, la vague d’attentats avait sévèrement affecté le moral des Français, et la consommation avait fortement flanché. Avec des conséquences négatives sur l’activité et l’emploi. Plus près de nous, le choc de Charlie-Hebdo et de l’Hyper Casher a rapidement été absorbé par un retournement de conjoncture. La baisse brutale des prix de l’énergie, le crédit facile et un euro faible avaient redonné du pouvoir d’achat aux ménages et des marges de manœuvre aux entreprises. Est-ce que cela peut servir de guide? Difficile à dire.
État d’urgence, mesures martiales : tous les dispositifs annoncés par le chef de l’État rassurent. Mais ils soulignent aussi que le risque est désormais permanent. Nous ouvrons donc une page économique jamais explorée en France en temps de paix. Tout va se jouer sur les anticipations des Français et des entreprises. Elles peuvent être positives, comme après le 11 janvier : l’activité avait bondi de 0,7%. Elles peuvent être négatives si le repli l’emporte durablement.
S’il y a un secteur économique plus fragile que d’autres, c’est incontestablement le tourisme. La France est la première destination mondiale en termes de visiteurs, et la Dordogne en profite pleinement. L’ensemble de ce secteur, qui contribue pour 7,5% à la richesse du pays, est un grand pourvoyeur d’emploi et c’est particulièrement vrai pour notre département. Rappelons que le tourisme contribue à plus de 22% du PIB de la Dordogne. Mais c’est aussi une activité des plus sensibles aux variations psychologiques. La Tunisie ou l’Égypte en font actuellement les frais.
Laurent Fabius a ouvert un plan d’un milliard d’euros pour doper l’attractivité internationale de ce secteur. On saura très vite avec les premiers bilans réservations-annulations si les étrangers, qui nous ont marqué leur solidarité à travers le monde, la confirmeront en venant nous visiter.

Print Friendly