La CCI Dordogne est un acteur incontournable des grands événements économiques du département, notamment au sein du Parc des Expositions du Périgord, dont elle est propriétaire et gestionnaire. Mais aussi, hors ses murs, où son savoir-faire est reconnu à l’échelle régionale. L’attractivité du territoire passe aussi par le développement des voies de communication (fibre optique, voies d’accès…), et sur ce point, la CCI Dordogne s’est investie dans un travail de longue haleine. A l’occasion de ce bilan de mandature, la rédaction de REPERES a rencontré deux chefs d’entreprises élus, fortement investis au sein de la CCI Dordogne dans les Commissions des infrastructures de promotion et de désenclavement économique.

 

Questions à Jacky Larroque – Commissions des infrastructures de promotion économique (Pôle événementiel dont le Parc des expositions)

Durant votre mandature, quelle est la réalisation qui vous tient le plus à cœur et pourquoi ?

Spontanément, je serais tenté de répondre la Foire Exposition de Périgueux. Elle est l’événement économique incontournable en Dordogne. Mais sur cette mandature, je retiendrai avant tout l’organisation de sa jumelle, la Foire-exposition de Bergerac. Elle est un exemple du savoir-faire de la CCI Dordogne en la matière, puisque nous avons pris le pari de relancer une manifestation en perte de vitesse. Organisée depuis 2012 par la CCI Dordogne, son format a été intégralement revu pour s’adapter aux nouvelles demandes. Elle est devenue annuelle, en lieu et place d’une édition tous les deux ans. Et les résultats sont encourageants malgré les vents contraires (au sens propre et figuré),  les exposants font confiance à la CCI Dordogne.

A quels besoins, quels objectifs répondait-elle ?

L’objectif était double. D’abord assurer la pérennité d’une manifestation presque centenaire qui a une forte identité sur le Bergeracois. Plus prosaïquement, il s’agissait aussi d’offrir aux entreprises bergeracoises une vitrine à la hauteur de leurs ambitions. A la Foire de Bergerac, on peut retrouver toutes les entreprises du Sud du département. Des entreprises qui souvent ne profitaient pas de celle de Périgueux, puisque avant 2012, les deux foires étaient en concurrence. Déplacer la Foire de Bergerac au mois de juin leur a donné une meilleure visibilité, et pour certaines, la possibilité de participer aux deux événements et ainsi, de multiplier les contacts avec leurs clients. Pour la CCI Dordogne, c’était également un moyen d’assurer l’attractivité d’un territoire qui a beaucoup souffert de la crise pendant cette dernière mandature, et s’assurer qu’aucune zone du département n’était laissée pour compte.

Quels sont les résultats globaux de la CCI sur son Pôle événementiel ?

Depuis 2011, 240 exposants se sont rassemblés sur la Foire-Exposition de Périgueux et un total de plus de 270.000 visiteurs. Sur la même période, le Salon Habitat Expo, devenu Salon de la Maison Neuve et de la voiture d’occasion depuis 2014 a reçu en moyenne 128 exposants pour 31.000 visiteurs cumulés. Depuis 2012, la Foire de Bergerac a vu passer environ 113.000 visiteurs autour de ses 160 exposants. En 6 ans, Le Parc des Expositions a accueilli 313 manifestations, dont 162 en Dordogne.

L’équipe du Parc a également apporté conseil et expertise pour l’organisation de la Foire-Exposition de Tarbes et délivré des prestations d’organisation ou de montage de plusieurs manifestations dans la région : le Salon du Carrefour des Communes à Brive, le Salon des Antiquaires à Limoges, le Salon de l’Habitat à Brive, la Foire-Exposition de Limoges, la Foire-Exposition d’Ussel, le Salon de l’Elevage à Brive ou encore le Salon de l’Habitat à Tulle. Au total en une mandature, 151 manifestations ont été organisées par le Parc hors du département, dont le prestigieux Périgord Montmartre à Paris.

Questions à Jean-Claude Pouxviel – Commissions des infrastructures de désenclavement économique

Durant votre mandature, quelle est la réalisation qui vous tient le plus à cœur et pourquoi ?

A choisir, ce serait sans conteste l’achèvement et le développement de l’A89. Rappelons que la transformation de l’ancienne nationale 89 en voie express a été portée par la CCI Dordogne et l’ensemble des CCI des territoires traversés. Les travaux ont été lancés en 2000 et se sont terminés officiellement l’an passé. A l’époque, c’était une gageure ! La construction de l’A89 a beaucoup facilité les choses pour nos entreprises. L’exemple le plus frappant, c’est sans doute la chaîne de magasins Beauty Success. L’A89 lui a permis de regrouper ses quatre plates-formes en Dordogne. Les entreprises de transport et de logistique ont cependant été les premières à profiter de l’autoroute. Dès 2007, l’observatoire socio-économique de l’A89 relevait des « concentrations » d’entreprises de transport à Brive, Périgueux et Libourne. Beaucoup de ces entreprises se sont installées en prévision même de l’ouverture de l’autoroute, à l’exemple de Casino qui, dès 2007, s’est doté d’un entrepôt de 20 000 m² au Lardin-Saint-Lazare. Il est riverain de la Société Vézérienne de logistique qui stocke et transporte le papier de l’usine de Condat. En plus d’attirer beaucoup de nouvelles entreprises, l’A89 a intéressé le tissu économique existant. En février dernier, Périgueux a accueilli les deuxièmes Rencontres d’affaires de l’A89 ; pour 90 % des acteurs économiques, l’autoroute a eu des effets bénéfiques. Elle nous a apporté un formidable ballon d’oxygène. Les grands projets économiques des villes desservies s’appuient aussi sur cet axe. Cré@vallée, près de Périgueux, a vu le jour dès la fin des années 1990. Le site (53 hectares actuellement) disposera bientôt de 85 hectares avec des entreprises de secteurs divers : Volvo, coopérative La Périgourdine, supermarché, hôtellerie-restauration, PME de services dont de nombreux cabinets d’expertise comptable. De l’avis de toutes les CCI riveraines, l’autoroute a permis d’accroître le potentiel économique des régions qu’elle traverse. Mais la marge de développement reste encore grande. Et les entrepreneurs de Dordogne plaident toujours pour une amélioration de la desserte nord-sud au cœur de la grande région, entre Angoulême et Sarlat. Entre Limoges, Agen et les Pyrénées sur une nationale 21 en quête d’amélioration depuis deux décennies. Comme pour l’A89, il faudra de la patience.

Quel est le bilan de la CCI Dordogne en faveur du développement des voies d’accès

La CCI Dordogne s’est fortement investie aux côtés des collectivités territoriales du département en vue de l’arrivée du TGV à Bordeaux durant l’été 2017. Les actions de lobbying se poursuivent pour que soient également structuré matin et soir, deux liaisons ferroviaires Bergerac-Bordeaux et Périgueux-Bordeaux avec des correspondances adaptées pour relier Paris en TGV. L’objectif final est de relier la Dordogne à Paris en 3 heures ou 3h15.

Par ailleurs, l’association Euro 21, pilotée par la CCI Dordogne qui regroupe les CCI françaises et espagnoles de Limoges à Saragosse, poursuit ses actions de lobbying pour inciter les pouvoirs publics à initier la mise à 2X2 voies concédée de la RN 21, de Limoges aux Pyrénées, à horizon 2020. Elle a obtenu le soutien de 1000 chefs d’entreprises, représentant 50 000 emplois, et d’une vingtaine de parlementaires. La modernisation de la RN 21 figure désormais au SNIT (Schéma National des Infrastructures de Transport) sur le volet « Renforcer l’accessibilité des territoires dont les populations souffrent d’enclavement ». En 2014, le colloque national Euro21 s’est tenu à Périgueux et a rassemblé plus de 130 participants. Depuis, un syndicat mixte a été acté pour financer les études préalables nécessaires. La CCI Dordogne s’est également investie durant cette mandature autour des Zones d’activités économiques. Elle défend l’émergence d’une offre territoriale lisible et compétitive : des zones spécialisées capables d’attirer et de développer des entreprises leader sur leur domaine. Enfin, à travers l’association La Trans’européenne, qui regroupe les CCI de Bordeaux à Lyon, elle a engagé un programme de valorisation des territoires traversés par l’A89. La tenue à Périgueux en 2015 des deuxièmes rencontres d’affaires de l’A89 a permis de mesurer le chemin parcouru et de créer des synergies entre les différents acteurs implantés le long de cet axe, qu’ils soient privés ou publics.

Print Friendly, PDF & Email